top of page
Rechercher

Les stratégies nationales en faveur du vélo prennent de plus en plus d'importance...

Mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir......


L'ECF publie l'édition 2022 du rapport The state of national cycling strategies. 14 des 44 pays analysés disposent désormais d'une stratégie cycliste nationale en vigueur, tandis que huit sont en train d'en élaborer une pour la première fois

Le 22 décembre 2022, la Fédération européenne des cyclistes (ECF) a publié l'édition 2022 du rapport "The state of national cycling strategies", offrant ainsi un aperçu complet de l'état des stratégies cyclistes nationales dans 44 pays européens.


Notre analyse montre que les stratégies cyclistes nationales prennent de plus en plus d'importance, mais qu'il reste encore beaucoup de chemin à parcourir dans de nombreux pays, surtout si l'on considère l'objectif politique fixé par le Plan directeur paneuropéen pour la promotion du vélo, selon lequel chaque pays doit élaborer et mettre en œuvre une stratégie cycliste nationale d'ici 2030. Le plan directeur a été adopté en mai 2021 et s'applique à 54 pays.


Les principales nouveautés du rapport, par rapport à l'édition 2021, sont les suivantes :


  • L'Italie adoptant sa toute première stratégie cycliste nationale.

  • L'Angleterre publie sa deuxième stratégie d'investissement dans le cyclisme et la marche.

  • La France publie un nouveau Plan vélo et mobilité active 2022-2027.

  • La République tchèque adopte un concept pour la mobilité urbaine et active 2021-2030.

  • Le Luxembourg adopte un nouveau plan national de mobilité 2035 avec une section consacrée au vélo.

Si l'on tient compte des nouvelles stratégies adoptées en 2022, 20 pays ont désormais adopté à un moment donné une stratégie nationale en faveur du vélo ou un document d'orientation similaire. Quatorze d'entre eux sont actuellement en vigueur, tandis que six ont expiré et doivent donc être mis à jour. Sur les 24 pays restants analysés dans le rapport, huit sont actuellement en train d'élaborer une stratégie cycliste nationale pour la première fois, principalement situés dans la région du Danube. De grandes lacunes existent encore dans certaines parties de l'Europe centrale et orientale, des Balkans, ainsi que du Caucase.



Carte montrant l'état des SNC des pays (Source : L'état des stratégies cyclistes nationales en Europe - 2ème édition (2022))


Principales conclusions


Ce rapport est le premier à examiner de manière systématique les niveaux de dépenses des gouvernements centraux, révélant ainsi de grandes différences entre les pays. Selon notre analyse, la région septentrionale de la Belgique, la Flandre, semble avoir été le premier investisseur dans les infrastructures cyclables en 2022, avec un investissement d'environ 45 € par habitant, suivie par l'Irlande (environ 35 € par habitant) et la Norvège (environ 20 € par habitant). La Flandre a une compétence exclusive sur l'ensemble de son réseau routier et peut donc être quelque peu comparée au rôle du niveau national dans d'autres pays.


Chaque année, les autorités régionales flamandes investissent environ 300 millions d'euros dans le cyclisme. En outre, le niveau sous-régional (les cinq provinces flamandes), ainsi que le niveau local, réalisent également des investissements considérables. Selon Fietsberaad Vlaanderen, les villes investissent en moyenne 15 à 20 euros par habitant et par an dans le vélo, soit trois fois plus qu'il y a cinq ans. La Flandre absorbe également la majorité des 411 millions d'euros d'investissements destinés au vélo dans le cadre du plan national de relance et de résilience de la Belgique.


Les politiques climatiques et énergétiques deviennent de plus en plus le principal moteur du changement dans tous les secteurs économiques, y compris le transport terrestre. L'extension du système communautaire d'échange de quotas d'émission aux transports en est la dernière preuve. Alors que le vélo est le mode de transport par excellence le plus efficace sur le plan climatique et énergétique, il n'a toujours pas reçu l'attention qu'il mérite dans les différentes politiques climatiques et énergétiques. C'est pourquoi l'ECF insiste fortement sur la nécessité de prendre pleinement en compte le potentiel du vélo et d'inclure systématiquement des mesures en faveur du vélo tant dans les contributions déterminées au niveau national par les Nations unies que dans les plans nationaux pour l'énergie et le climat de l'UE. Ces derniers doivent être révisés en 2023.


Les conclusions de ce rapport constitueront un point de référence par rapport auquel l'ECF entend continuer à publier des rapports annuels de mise à jour afin de suivre les progrès réalisés dans l'élaboration et la mise en œuvre des stratégies cyclistes nationales en Europe à l'horizon 2030.



Comments


bottom of page