top of page
Rechercher

Bruxelles, la capitale de l'Europe, s'engage dans la mobilité à vélo

C'est une révolution en marche à Bruxelles et Belgique. Le vélo est devenu le deuxième moyen de transport le plus utilisé pour se rendre au travail, selon les dernières statistiques. En effet, le nombre de trajets quotidiens effectués à vélo a augmenté de plus de 50% en seulement cinq ans.


Les chiffres sont clairs: le vélo est en train de devenir un mode de transport incontournable. Les efforts des autorités pour encourager la mobilité douce et les nouveaux aménagements pour les cyclistes sont clairement porteurs de résultats.


Des cyclistes à Bruxelles, en Belgique, le 18 septembre 2022. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP

En Belgique, 14% des salariés utilisent désormais le vélo pour se rendre au travail. Et la hausse est régulière, il y a quatre ans ils étaient de 11%. C'est la conclusion du rapport du Service public fédéral (SPF) mobilité et transports. Les principaux chiffres ont été rendus publics lundi 6 février, le rapport complet sera dévoilé mardi. Il concerne toutes les sociétés comptant au moins 100 employés, qu'elles soient publiques ou privées. Certes, la voiture reste et de loin le moyen de transport privilégié : 64% des salariés privilégient les quatre roues. Mais cette part diminue progressivement tandis que la part des transports en commun (train 9%, métro bus ou tram 6%) ne bouge pas. Donc seul le vélo progresse. Autre enseignement du rapport : une grosse différence selon les régions de Belgique. Le vélo fait un tabac en Flandre (il est utilisé par 20% des salariés pour se rendre au travail) mais il est délaissé en Wallonie (2% seulement). Au milieu, la région de Bruxelles-Capitale : 7% des salariés concernés.


Mais qu'est-ce qui pousse les Belges à adopter ce mode de transport écologique? Tout d'abord, les trajets courts sont idéalement adaptés au vélo, avec des temps de parcours souvent plus rapides que ceux de la voiture ou des transports en commun. De plus, les frais liés à l'entretien d'un vélo sont nettement inférieurs à ceux d'une voiture.

Cependant, il ne faut pas négliger le facteur culturel. Les habitants de Bruxelles sont de plus en plus conscients de l'importance de la protection de l'environnement, et veulent faire leur part en adoptant des modes de transport plus durables.

Les employeurs de la ville peuvent également jouer un rôle important en encourageant leurs employés à utiliser le vélo pour se rendre au travail. En plus d'une image d'entreprise plus responsable et durable, cela peut également améliorer la santé et le bien-être de leurs employés.

Une politique volontariste des entreprises

Globalement, la pandémie, expliquent les autorités belges, a réduit l'attrait des transports en commun par crainte d'attraper le virus. Mais elle a aussi conduit à la diminution de tous les déplacements, avec l'essor du télétravail. En Belgique, 40% des salariés font désormais du télétravail au moins un jour par semaine. C'est quatre fois plus qu'avant. Il y a donc une autre raison à cet essor des vélotafeurs, comme on dit en France, les travailleurs cyclistes, comme on dit en Belgique : c'est la politique volontariste des entreprises. 95% des employeurs proposent désormais une indemnité kilométrique pour les utilisateurs de deux-roues. En moyenne, 25 centimes d'euro le kilomètre, ce n'est pas rien. Le nombre de salariés à bénéficier de ces aides a augmenté de 55% en cinq ans. Coût total : plus de 100 millions d'euros. 73% des entreprises proposent également des parkings couverts. Quand on compare avec la France, on se dit que chez nous, il y a un peu de retard à l'allumage.

Alors, grimpez sur votre selle et rejoignez le mouvement de la mobilité durable !

2 vues0 commentaire
bottom of page